gateau nantais réalisé par une patisserie a nantes

Conseils pour réussir son gâteau nantais

Le gâteau nantais porte bien son nom puisqu’il est justement originaire de Nantes. Et si celui-ci est aussi apprécié, c’est parce qu’il est doté d’une saveur absolument délicieuse, et d’une texture hors du commun. Il s’agit d’un biscuit aux amandes très moelleux et punché au Rhum, de forme ronde, et sur lequel on nappe un glaçage blanc au rhum lequel est conditionné dans une boite avec un décor inspiré de la maison LU (avec à l’époque son magasin situé rue des Chapeaux Rouges dans le centre de Nantes).

Le gâteau nantais : une recette locale difficile à maîtriser

Cela fait de nombreux siècles que l’on consomme cette pâtisserie savoureuse. En effet, elle date du XVIIIe siècle, et c’est grâce aux différents produits importés des îles antillaises que l’on a pu commencer à produire ce type de gâteau, avec notamment du rhum, de la vanille ou du sucre de canne, qui donnent toute leur saveur à ces différents mets sucrés délicieux.

En revanche, il n’est pas toujours évident de réussir son gâteau nantais, parce que la recette présente quelques petites difficultés. Généralement, les soucis se situent en premier lieu dans la texture du gâteau en lui-même qui doit être très moelleux, à l’instar d’un biscuit aux amandes. Les petits réglages en question sont relatifs non seulement à la recette, mais aussi au fait qu’il faille bien doser la cuisson. Un gâteau nantais trop cuit risque en effet de perdre cette douceur en bouche, cette légèreté, et ce n’est bien évidemment pas l’effet souhaité.

Le glaçage cause lui aussi, parfois, quelques ratés. Il n’est pas simple à réaliser, et surtout, il est indispensable de ne pas modifier la liste d’ingrédients, de manière à ne pas dénaturer le gâteau nantais, dont la composition est plutôt ancienne, et dont le goût serait profondément modifié par des changements de ce type.

Astuces pour réussir sa recette

Afin de bien réussir votre recette, il est conseillé tout d’abord, d’opter pour du rhum brun pour sa réalisation. En effet, cet ingrédient est important, et il va intervenir à deux étapes de la réalisation, qui sont à la fois la réalisation de la pâte, ainsi que le glaçage. Certains apprécient de se passer de cet ingrédient, malheureusement, sans rhum, ce n’est pas réellement un gâteau nantais. Ceux qui seraient légèrement fâchés avec l’alcool dans les pâtisseries doivent savoir que l’alcool s’évapore lors de la cuisson, permettant ainsi de ne conserver que la saveur, sans cette amertume qui peut parfois gêner. Il n’y a que le glaçage qui dispose d’un rhum non cuit, la présence du sucre adoucit énormément le mélange. Pour la cuisson, il ne faut surtout pas attendre que le gâteau lève, ce ne sera pas le cas. Il n’est pas rare que le délai de cuisson soit dépassé à cause de cela. Certains attendent une levée qui ne viendra jamais. Ainsi, après 45 min, généralement, le gâteau est cuit. Il suffit d’attendre que la surface soit bien dorée. Pour le glaçage, on utilise du sucre glace plutôt que du sucre en poudre, permettant d’obtenir un mélange bien homogène avec le rhum. Et le tour est joué !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *